Siège du Conseil Général – Saint Etienne

programme : ensemble immobilier de bureaux et un hôtel

maîtrise d’ouvrage  : Conseil Général de la Loire

architecte : ECDM architectes

localisation : ZAC Châteaucreux, Saint Étienne (42)

superficie : 5 800 m² SHON

coût : 8.7 M€ HT

concours 2009

L’esplanade de France met en relation des polarités, des panoramas : elle ouvre et distribue, associe plaine et colline, ville basse et ville haute. Châteaucreux est donc un aménagement ouvert, initiant des continuités, des filiations entre des quartiers et des horizons multiples. Située face à la gare en ordure de l’esplanade, l’emprise de la consultation constitue de fait une articulation, une entrée de ville, un point bas initiant un parcoure privilégié pour accéder à au entre ville de Saint-Etienne.

Dans une pensée actuelle, contemporaine de la ville, il s’agit de mettre en œuvre de la diversité, de la complexité, de mixer rythmes, activités et usages afin de concourir à la réalisation d’un environnement moins linéaire. Il s’agit d’imbriquer la composante fortement tertiaire du quartier dans une dynamique urbaine plus complexe, faite d’assemblages et d’imbrications propres à la centralité de villes attractives et vivantes. C’est donc un espace ouvert et animé que nous vous proposons, un espace organisant des spécificités de programmes multiples, à même de dialoguer et de travailler entre eux et avec la ville pour mieux l’animer et la valoriser. La question de la densité, de la masse, des vides et des pleins est ici centrale.

Le grand paysage Stéphanois a cette spécificité qui fait qu’ici plus qu’ailleurs, les vues et perspectives se prolongent, traversent, englobent. Dans un travail premier sur la consommation du territoire, le projet est donc sculpté par des forces mettant en relation une ville étendue, structurée par des cadrages et des découpages de l’horizon. Ainsi, les volumes sont-ils ramassés, compacts libérant des failles visuelles et des plans, une vaste esplanade, un jardin suspendu, un champ bleuté voltaïque venant compléter le registre horizontal de plans étendus qui structurent le territoire.