Siège EDF – Ajaccio

programme : restructuration du siège EDF Ajaccio

maître d’ouvrage : EDF / Sofilo

maître d’œuvre : ECDM – chef de projet : Charles-Antoine Perreault, Bertrand Labalette, Jean-Emmanuel Marie

BET : GMGB, Ingénergie, RFR éléments

localisation : Ajaccio (20)

superficie : 3752 m² HON

coût : 5.7 M€ HT

concours : 2008

livraison : 2012

Construit en 1969, le siège EDF présente une architecture soignée, représentative de la modernité des années 60. Affirmant une volumétrie nette, tendue, il est constitué de trois volumes, et possède, du fait de son implantation dans la pente, deux niveaux de rez-de-chaussée, dits RDC inférieur et RDC supérieur. Positionné sur les hauteurs du centre ville d’Ajaccio, le site surplombe la ville. Creusé dans la falaise, le terrain est ceinturé sur ses façades Est, Nord et Ouest d’une roche abrupte, aujourd’hui fortement végétalisée, créant une sorte d’écrin vert mettant en valeur la parcelle et le bâtiment. L’édifice est visible depuis le cours Napoléon, dans l’axe de l’avenue de l’impératrice Eugénie. Le terrain étant en forte déclivité, la toiture est perçue depuis les bâtiments voisins situés au Nord et à l’Ouest. Notre intention est de renforcer la lecture de la volumétrie simple et élégante du bâtiment. Il s’agit d’un bâtiment d’une certaine prestance et nous croyons important de mettre en valeur la belle facture de l’architecture existante en nous inscrivant dans le parti conceptuel d’origine. Nous proposons donc un traitement unitaire des façades, tout en réinterprétant le concept de brise-soleil déjà en place. La façade Sud, donnant sur l’avenue Eugénie, est équipée de lames horizontales d’aluminium laqué, recouvrant intégralement la façade principale exposée au sud. Ce principe permet de donner une unité au volume du bâtiment. En mettant les ouvertures au second plan, la façade change l’échelle et propose une perception plus douce de la volumétrie, en adéquation avec son environnement et le paysage local. De subtils décalages dans la trame des lames créeront des vibrations de la façade et atténueront l’effet de masse avec une lecture de reliefs, de contrastes et de scintillements. L’enjeu énergétique est primordial au projet. L’objectif à tenir est une consommation réglementaire réduite de 50% par rapport à un bâtiment de référence. Cette atteinte se fera tout d’abord par une réduction des besoins grâce à une façade optimisant le rapport entre l’accès à l’éclairage naturel et la protection solaire estivale. Le dégagement des faux-plafond permet un accès à l’inertie lequel, cumulé à une ventilation nocturne permet de décharger thermiquement le bâtiment la nuit et ainsi réduire les consommations de climatisation.