Ensemble mixte Tour Saint-Jean – Bordeaux

programme : immeuble de bureaux, logements et commerce

maître d’ouvrage : Crédit Agricole Immobilier

architecte : ECDM architectes

localisation : Bordeaux (42)

superficie : 3 720 m² SHON

coût : 8.2 M€ HT

concours 2011

Grand Paysage

La réalisation d’un point émergent, d’un bâtiment qui se déploie au-dessus du vélum Bordelais est l’occasion de repenser le rapport qu’entretient le nouveau quartier de la gare avec le Grand Paysage.

Par son statut, sa dimension et les valeurs qu’il porte, le quartier de la gare est un territoire singulier constitutif du Grand Bordeaux. Le site est emblématique des mutations qui ont transformé nos villes industrielles, de ces changements qui ont permis la mise en œuvre d’un environnement d’une grande complexité prenant en compte les attentes d’une société postmoderne.

La géographie bordelaise est caractérisée par la planéité de son territoire sur lequel est érigée une forme urbaine dense et peu élevée. De ce panorama largement perçu depuis les quais, les ponts ainsi que de larges percées et perspectives, émergent ponctuellement quelques bâtiments. Certain, comme la flèche Saint-Michel font autorité dans ce paysage. Ces élancements ponctuels semblent percer le ciel pour permettre une lecture large du panorama en organisant la perception d’un horizon libre.

Notre projet s’est construit avec la volonté d’échapper aux fatalités formelles liées à la verticalité pour développer cette notion de paysage élargi, que l’on pourra voir loin et être vu de loin. Dès lors, la volumétrie se devait d’être ténue, évanescente. Notre bâtiment appartient à la fois à l’urbain et au ciel.

Le projet est compact, léger, dense et élancé, rationnel et composite. Pour les résidents d’un immeuble dépassant le skyline bordelais, habiter haut c’est habiter le paysage, c’est entretenir avec son milieu des échanges privilégiés – Vivre dans un paysage, être à la fois dans la ville et dans le Grand Paysage.

The creation of an emergent element is an opportunity to rethink the relationship between the new neighborhood and the surrounding landscape. Because of its status, size and the culture, the quarter is a unique area within Bordeaux. The site is emblematic of the changes that have transformed our industrial cities, of paradigm shifts that have enabled the implementation of a highly complex urban strategy, taking into account the needs of a postmodern society.

The geography of Bordeaux is characterized by its flatness upon which is inscribed a dense and low urban fabric. This panorama is punctuated occasionally by taller buildings and bridges on the quay: some, like the arrow of Saint-Michel, have visual authority within the landscape. These punctuations seem to pierce the sky to permit a broad, yet organized reading of the skyline.

Our project was designed with the desire to escape formal fatalities related to the height, in order to develop an expanded notion of landscape from which we can see and be seen from afar. Consequently, the massing had to be delicate, evanescent. Our building belongs at once to the city and the sky.

The project is compact, light, dense and slender, rational and complex. For residents living above the Bordeaux skyline, living up high is to inhabit the landscape, it is to have a privileged relationship with one’s environment, to live at once in the city and the countryside.