Centre de Recherche Claude Delorme pour Air Liquide – Les Loges en Josas

Programme : Centre de Recherche Claude Delorme

Maître d’ouvrage : Air Liquide

architecte : ECDM architectes – chef de projet : Jean-Emmanuel Marie

Localisation : 1, chemin de la Porte des Loges, Les Loges en Josas – Paris-Saclay (78)

Surface terrain : 15 000 m² SHON

Surface construite : 12 823m² SHON, 11 874 m² SHAB

Coût : 35 M€ HT

Concours 2012

Notre première réflexion a été de valoriser au mieux le potentiel du sol utilisé tout en garantissant le plus large éventail possible pour le développement et l’aménagement à venir de l’emprise d’Air Liquide. Aussi une architecture compacte se met en œuvre, une volumétrie qui s’efforce de consommer avec modération un territoire de grande valeur. Il en résulte un projet dense qui fédère la diversité du programme, laissant au foncier la place nécessaire pour la projection d’un futur campus. Le plan masse est pensé pour pouvoir être continué et développé par des extensions.

L’aménagement du centre de recherche consiste en la mise en œuvre d’un maillage de l’espace, une possibilité de passages, de liaisons, d’assemblages multiples permettant des déplacements courts. Chaque élément fonctionne de manière autonome, mais coordonné avec les autres. La question du collectif et de l’intime, de l’individu et du groupe est au centre de la structuration du projet. La multiplicité des parcours possibles, le travail en nappe 3D, permet de tendre vers l’équidistance de situations à venir. La question du déplacement, de la proximité, de l’intimité ont défini la géométrie d’un volume. C’est un projet compact, pas tant dans sa volumétrie que dans la spatialité induite, dans la liberté de son organisation : 3 niveaux superposés, liés par les vides – vide des patios, vide des trémies intérieures, vide des escaliers ponctuant chaque intersection, croisement, dilatation, espaces de rencontre en trois dimensions.

L’organisation proposée est au service de valeurs d’ouverture qui favorise les échanges et le travail collaboratif dans une recherche d’équilibre entre travail en commun, partage d’information et concentration. Flexibilité, évolutivité, extension sont autant de valeurs structurantes du projet. Les espaces de travail sont conçus sur des standards de bureaux internationaux. Il s’agit d’espaces génériques, suivant une trame de 90/135 avec 5.50 m de profondeur de bureau, 2.70 m de hauteur sous plafond, une bonne sécabilité. Le projet architectural s’inscrit dans un projet immobilier francilien.

L’organisation de l’espace est structurée par des trames standardisées qui autorisent une grande flexibilité et des adaptations aisées aux évolutions et changements d’organisation. Le projet du centre de recherche a la double qualité d’être générique et spécifique dans son organisation spatiale. Les espaces sont déterminés mais pas déterminants. C’est un système ouvert, support d’appropriations où l’architecture disparaît pour ne laisser place qu’à des usages potentiels, divers et indéterminés.

Le large recours à la lumière du jour avec une échappée visuelle vers l’extérieur de tous les espaces de travail, l’harmonie avec l’espace naturel, l’approche bioclimatique avec la systémisation de la ventilation naturelle pour utiliser pleinement les ressources énergétiques liées l’implantation et l’exposition des bâtiments, sont autant d’éléments qui concourent à des bâtiments plus sains et plus confortables.