Logements rue Gazan – Paris XIV

programme : construction de 9 logements en accession

maître d’ouvrage : Sully Promotion

architecte : ECDM architectes – chef de projet : Rikje Maas

localisation : 41 rue Gazan – Paris XIV

superficie : 650 m² SHON

coût : – M€ HT

Livraison 2016

Il s’agit d’un projet qui s’insère exactement dans l’épannelage formant un écrin au parc Montsouris. Afin d’assurer la continuité du gabarit construit, le projet occupe toute la largeur de la parcelle. Dans le prolongement de cette volonté de cohérence et d’intégration dans le tissu existant, le calage altimétrique proposé est défini non pas par la hauteur maximale constructible au regard du PLU, mais par la volonté de s’inscrire exactement dans les alignements des bâtiments avoisinants. C’est ainsi que le volume principal du bâtiment s’adosse au bâtiment le plus bas, complété par un dernier étage en attique venant quant à lui s’adosser au pignon du bâtiment le plus haut.

Cette attitude est convergente avec la volonté de dégager les vues au RDC afin de créer une échappée visuelle vers le cœur d’ilot. Le bâtiment est ainsi posé sur des pilotis élancés de 7.20 m de haut, permettant la réalisation d’un jardin urbain bénéficiant d’un apport de lumière et de soleil très importants. En raison du contexte très singulier de la parcelle les surfaces construites impactant le sol sont minimisées afin de garder une transparence maximale sur le cœur d’ilot. Dans ce paysage vertical, l’escalier, largement dimensionné, s’inscrit librement entre les pilotis invitant les habitants à systématiser son utilisation.

Cette attitude est convergente avec la volonté de dégager les vues au RDC afin de créer une échappée visuelle vers le cœur d’ilot. Le bâtiment est ainsi posé sur des pilotis élancés de 7.20 m de haut, permettant la réalisation d’un jardin urbain bénéficiant d’un apport de lumière et de soleil très importants. En raison du contexte très singulier de la parcelle les surfaces construites impactant le sol sont minimisées afin de garder une transparence maximale sur le cœur d’ilot. Dans ce paysage vertical, l’escalier, largement dimensionné, s’inscrit librement entre les pilotis invitant les habitants à systématiser son utilisation.