Ilot du Tri Postal ZAC Belcier – Bordeaux

programme : projet urbain mixte de logements, bureaux et commerces

maître d’ouvrage : Bordeaux Euratlantique + BNP Paribas

architecte : ECDM architectes – chef de projet : Benjamin Ferrer

localisation : ZAC Belcier, Bordeaux (33)

surface : 37 275 m² (logements) + 8505 m² (bureaux) + 3405 m² (hôtel) + 1050
m² (cinéma) + 2950 m² (pépinière d’entreprise)

coût : – M€ HT

livraison : 2020

L’idée que la ville préexiste au projet, abstraite, diffuse, peu visible, nous a obligés à plus d’acuité, à plus d’attention en vue de révéler, démultiplier les points de vue et les perceptions. Le travail en atelier a joué son rôle de révélateur en croisant des expériences et des images, des mots et des histoires d’origines multiples.

Ainsi, la définition de valeurs partagées, propices à la réalisation d’un cadre de vie, s’est attachée à révéler des éléments fédérateurs spécifiques au quartier Belcier afin d’inscrire le projet dans une histoire bordelaise, une histoire attractive, dans, autour, et au-delà des limites du projet. L’opération Saint-Jean – Belcier permet de s’inscrire dans un territoire en pleine mutation très fortement marqué par son passé industriel et son paysage infrastructurel.

Le quartier se caractérise par un assemblage de pièces isolées, souvent à l’échelle XXL, où le vide constitue un élément majoritaire qui fabrique un espace public distandu en comparaison de la ville historique où le tissu est constitué et les limites des espaces publics plus définies. Les espaces publics Bordelais, aussi différents qu’ils soient, constituent sans doute un des archétypes principaux de la ville. Nous nous intéressons ici à deux tissus urbains : celui du quartier Saint-Jean – Belcier et celui du centre ville historique, pour analyser succinctement leurs différences et comprendre le potentiel de mutation des espaces vides du territoire sur lequel nous intervenons.

Le centre ville – La ville historique

Espace public défini par l’échelle de la rue et marqué par un ensemble de places de plus ou moins grande échelle. Il est ponctué et relié par une série de places de « voisinage » qui fabrique, plus que l’architecture en elle-même, la qualité de vie du centre-ville Bordelais.

Saint-Jean – Belcier – La ville en mutation

Espace public aux limites moins définies qui devient le support d’objets souvent isolés. Souvent caractérisé par des usages liés à la mobilité, il dégage cependant un potentiel d’appropriation plus diversifié. Le projet prolonge très précisément l’espace public à l’intérieur de la parcelle puis rayonne à partir de la polarité ainsi définie en procédant par évidements successifs afin de connecter, restituer cet espace collectif à la ville et habiter le centre de l’îlot.

Ce parti pris qui nous a permis de mettre en place une réflexion itérative avec l’ensemble des intervenants durant les ateliers à abouti à une proposition qui nous semble répondre à la problématique de la fabrication d’un morceau de ville Bordelais actuel. Les limites des espaces publics et des bâtiments avoisinants viennent naturellement dessiner les contours du futur projet et fabriquer différentes qualités, gradations d’espaces caractérisés, tous en résonance avec les archétypes des espaces publics Bordelais.

Le projet résolument inscrit dans l’histoire de Bordeaux est hyper-contextuel.