Commissariat de Police de Mérignac – Bordeaux

programme : construction du Commissariat Divisionnaire de Police de Mérignac

maître d’ouvrage : Ministère de l’Intérieur

architecte : ECDM architectes – chef de projet : Marc-Antoine Galup

localisation : Mérignac (33)

superficie : 3 401 m² SDP

coût : 5 M€ HT

concours 2019 

UN REPÈRE DANS LA VILLE

Le commissariat est pensé comme un repère, comme un lieu citoyen pourvu d’une autorité naturelle. Il est image de l’institution et édifice public. Volume compact, solide, digne, droit, sobre à la minéralité affirmée, il est un repère, un élément de stabilité. Cette force inébranlable atteste d’une autorité naturelle, d’une attitude républicaine dans la ville et dans notre époque ; c’est un lieu résolument contemporain inscrit dans la ville.
Les quatre façades bénéficient d’un même traitement architectural avec une même unité d’écriture, de forme et de matières. Cette unité renforce la singularité du commissariat, à la fois espace sanctuarisé et ouvert sur la place Charles de Gaulle. Le bâtiment est implanté sur tout le linéaire bordant la place ; il participe à la structuration du gabarit, de l’épannelage et de l’alignement de l’espace public. La façade se retourne sur les quatre côtés de la construction dans une même écriture. Le bâtiment tient l’angle avec la rue Boileau. A cet angle, une cavité, un léger renforcement protège et accueille. C’est en ce point singulier que nous implantons l’entrée principale du commissariat. Cette entrée est visible, lisible, protectrice et accueillante.

MATÉRIALITÉ

Les matériaux qui composent les façades sont simples, pérennes et sobres : du béton et du bois massif. Il en résulte une minéralité affirmée qui s’inscrit dans l’esprit du lieu avec la présence forte du bois, matériau naturel et chaleureux. L’intimité est totale. On peut voir sans être vu en toute sûreté ; rien ne filtre depuis l’intérieur de votre commissariat vers l’extérieur. Il en résulte un bâtiment compact, à la minéralité tempérée par un jeu de brise-soleil formant une claire-voie. Les façades sont largement ouvertes, vitrées sur tout leur linéaire, protégées par un jeu de brise-soleil extérieurs. Il s’agit non seulement de moduler l’apport lumineux pour générer une lumière douce, abondante et diffuse, mais aussi de générer privacité et intimité dans des bureaux où la confidentialité est de rigueur.

Afin de mettre en œuvre un volume calme, homogène, présent mais pas imposant dans son environnement, nous venons reprendre l’alignement sur la place dans une géométrie compacte et franche. Cette composition nous permet de profiler le dernier niveau avec une terrasse protégée. Ce dispositif permet l’intégration dans le corps du bâtiment de tous les organes techniques, dé-saturant ainsi la relation du bâtiment à l’environnement, caractérisé par un contexte résidentiel dense. Au dernier niveau, nous libérons une large terrasse végétalisée, surface plantée, accessible, lieu de repos et de détente ouverte sur la ville.
Nous proposons donc un projet à l’écriture simple avec une grande évidence formelle pour un parallélépipède contenu, serti dans son paysage. Cette simplicité est gage d’une bonne insertion en ne venant pas sur-écrire dans un environnement déjà composé d’une grande variété d’architectures. Cette sobriété est aussi gage de pérennité et de facilité d’entretien.